Musicothérapie pendant la pandémie de Covid-19 (2ème partie) : Les défis et les solutions



Dans mon billet de blogue précédent, j'avais commencé par une introduction à la définition de la musicothérapie et j'ai inclus quelques informations sur le comment et le pourquoi de son utilisation en milieu clinique.


Lors de la première vague de Covid-19, mon centre de jour a fermé et est resté fermé pendant 18 mois. En tant que musicothérapeute, je me suis trouvée confrontée à divers obstacles qui limitaient ma capacité à accomplir mes tâches professionnelles de la manière à laquelle mes clients et moi-même étions habitués.


En découvrant avec bonheur la plateforme virtuelle (et une application spécialement développée pour les personnes âgées en Espagne, ainsi que des tablettes fournies par Rogers et la Fondation Santé Urbaine), il est immédiatement devenu évident que j'étais confrontée à tout un tas de frustrations et de défis atypiques et que je n'avais aucune idée de la façon de les surmonter. Je pense que j'aurais trouvé cela beaucoup plus difficile si je n'avais pas à mon actif près de 30 ans de travail clinique et 20 ans de performance en direct dans un cadre interactif. J'avais des compétences en improvisation de performance Ad Lib. Les deux ne sont pas identiques mais l'un complète l'autre et je jure que ces compétences ont sauvé ma santé mentale.


Les problèmes les plus importants lors des séances de musicothérapie virtuelle


Plus frustrée que je ne veux l'admettre, je me suis retrouvée dans une situation qui nécessitait une solution dans le meilleur intérêt de mes participants, mais je ne savais pas comment m'y prendre. En tant que musicothérapeutes, nous avons deux professions à notre actif : 1) nous sommes des musiciens professionnels formés et 2) nous sommes des thérapeutes certifiés ayant au minimum une licence, qui comprend des études intensives dans le domaine de la psychologie et, dans certains cas, des spécialisations dans des populations ou des domaines de santé particuliers. Notre association professionnelle exige un haut niveau de compétences musicales pour les soins de santé et le bien-être et l'une d'entre elles est la qualité de la production musicale en relation avec le processus thérapeutique.


Problème 1 : Qualité du son


Cependant, j'ai très vite appris, en proposant une musicothérapie virtuelle, que je ne pouvais pas offrir l'expérience sonore de qualité que j'avais l'habitude de donner. Je l'ai fait, j'ai fait de mon mieux pour m'assurer que mes clients aient une expérience positive et curative, mais j'ai personnellement senti qu'il était impossible d'obtenir le niveau de compétence que j'avais l'habitude de fournir et cela m'a beaucoup perturbé. Heureusement, les réactions de mes clients ont été positives, mais pour mes oreilles de musicien et mon âme de thérapeute, j'ai grimacé douloureusement et à plusieurs reprises tout au long de l'arrêt.


L'improvisation clinique consiste à travailler pour stimuler une expérience de Gestalt-thérapie avec de la musique en direct. Les musicothérapeutes acquièrent de nombreuses heures de formation aux techniques d'improvisation clinique pour développer leur expertise et de très bons articles ([1], [2]) expliquent comment l'improvisation clinique fonctionne dans le cadre thérapeutique. Vous aimerez peut-être explorer ces articles pour mieux comprendre certaines de mes frustrations "virtuelles".


Lors d'une séance de musicothérapie, vous avez la garantie que quelque chose va se produire pendant l'improvisation clinique, et c'est là l'objectif. Comme l'improvisation est présentée "en temps réel et naturel", les choses se produisent spontanément, ce qui donne lieu à une expérience authentique et organique. Lors de ma toute première expérience de musicothérapie virtuelle en temps réel, j'ai tout de suite su qu'il serait crucial d'adapter mes approches et techniques d'intervention clinique. Inutile de dire que cela m'a ouvert les yeux, avec des avantages et des inconvénients.


Problème 2 : Désynchronisation du temps réel naturel


Dès la première note qui résonnait dans la session virtuelle "en temps réel", j'ai remarqué, et j'ai été horrifié de découvrir, un délai entre le moment où la note était émise et celui où elle était reçue par ceux qui l'écoutaient. Nous ne pouvions tout simplement pas coordonner le timing et j'ai essayé. J'ai essayé tout ce que je pouvais imaginer pour donner l'impression que nous étions ensemble musicalement, mais cela ne voulait pas ou ne pouvait pas se faire. Il y avait aussi un retard optique. Je regardais l'écran et je voyais mon grattage désynchronisé par rapport à mes actions en temps réel et c'était assez déconcertant. C'était toujours décalé d'une seconde, ou d'une seconde et demie sur chaque note ! Cela me donnait envie de pleurer de frustration. Les clients le remarquaient aussi, mais cela semblait les déranger moins que moi. Ils faisaient des commentaires sur la difficulté de faire fonctionner l'ensemble et pour certains c'était dérangeant mais pas autant que pour moi. Il y avait toujours au moins une personne ou une autre complètement désynchronisée lorsque nous essayions de jouer en tandem.


Les rythmes étaient instables et comme les écrans de certaines tablettes sont petits, le client ne pouvait pas vraiment voir pour imiter le jeu si c'était le but, et c'était généralement le cas lors des premières tentatives. C'était un défi auditif et visuel pour tous les participants.


Mes années d'expérience en matière d'improvisation clinique ont été mises à l'épreuve et je me suis sentie perdue pour trouver des solutions à des problèmes techniques qui étaient étrangers à mon expérience professionnelle. Ma population est constituée d'individus qui vivent à domicile mais dont les besoins en matière de soins de santé sont généralement avancés et qui, par conséquent, deviennent trop facilement les oubliés du système, ce besoin étant la raison principale pour laquelle j'ai commencé les interventions virtuelles. Comprenant que c'était le seul moyen d'assurer un contact et un suivi constants, nous avons décidé ensemble, unis dans un effort mutuel au cours des premières sessions pour résoudre les problèmes.


Cela nous a finalement amenés à décider, en tant que groupe, que l'improvisation instrumentale devrait attendre jusqu'à ce que nous revenions à la musicothérapie en groupe sur place. Une grande partie de ce que j'aime tant dans mon travail a dû être mise de côté.

Problème 3 : Manque d'instruments de qualité


Dans une séance de musicothérapie, nous utilisons des instruments de qualité pour les percussions, pour la mélodie, pour créer un environnement sonore propice au thème de la séance. Il est également rare que mes clients aient accès aux types d'instruments que l'on trouve habituellement dans une séance de musicothérapie. Au cours de notre formation de musicothérapeute, nous devenons très habiles à créer des instruments à partir de rien et apprenons à utiliser des murs, des chaises, des tables pour jouer du tambour, ou des bouteilles remplies de riz ou de haricots pour les utiliser comme instruments de percussion à main. Il est un peu plus difficile de faire cela pour créer une mélodie autrement qu'en utilisant la voix lorsque rien d'autre n'est disponible.


Même dans les pires conditions où les instruments n'étaient pas disponibles avant de travailler virtuellement, j'étais toujours en contact physique direct avec mes clients. Cette situation a disparu et c'était un nouveau défi. Dans l'impossibilité de fournir à mes clients des instruments à utiliser pendant les séances, je leur demandais, à eux ou à leur soignant, de chercher dans leur cuisine, leur cave ou leur atelier de quoi faire de la musique.


Des plateaux de table, des cuillères en bois, des cuillères en métal, des magazines servant de peaux de tambour et, dans certains cas, des maracas ou de petits tambours à main ont été trouvés et apportés aux séances.
Je peux dire que j'ai vu beaucoup de spatules de différentes formes et tailles tournoyer dans l'air sur mon écran au cours des mois qui ont suivi. C'est un spectacle dont je me souviendrai toujours.

Nous n'avons peut-être pas produit des sons magnifiques et harmonieux comme ceux que l'on trouve dans un orchestre comme l'OSM, mais nous avons été très créatifs et le rire est devenu notre mélodie de prédilection. On pourrait même dire qu'il est devenu notre hymne au COVID.


Problème 4 : Production du son


L'obstacle le plus difficile à surmonter et qui n'a jamais été résolu était, et reste, l'absence d'une bonne qualité sonore. S'il y a une chose que j'ai définitivement apprise, c'est qu'une tablette n'est pas l'outil idéal pour fournir un enregistrement de qualité pendant une expérience virtuelle. Elles sont bonnes en tête-à-tête, mais dans un contexte de groupe, préparez-vous à être déçu. Même en jouant du client avec le thérapeute (solo/duo), le problème a persisté, bien qu'il soit un peu plus facile à gérer, surtout en ce qui concerne mes oreilles. En musique de groupe, nous ne pouvions pas entendre efficacement les instruments des autres.


N'ayant aucun contrôle sur le volume des différentes tablettes (à la maison), je ne savais jamais qui pouvait entendre quoi, ni même ce qu'ils entendaient de moi. De plus, tout bruit de fond, tel qu'un lecteur de CD ou un système Bluetooth, devait être réglé très bas, sinon il avait tendance à déranger les auditeurs chez eux, car il était trop fort ou déformé. L'inverse était vrai pour le piano et/ou la guitare, où l'on se plaignait de ne pas pouvoir les entendre assez fort. Nous avons passé tellement de temps à essayer de trouver l'équilibre du volume que je me sens encore mal à l'aise rien qu'en y pensant.


En réalité, au cours de nos sessions virtuelles qui se sont poursuivies jusqu'à aujourd'hui, je n'ai jamais trouvé de solution car, dans mon espace de travail, nous ne disposons toujours pas de l'équipement d'enregistrement approprié qui pourrait, peut-être, faire de l'expérience du son virtuel une expérience positive. Encore une fois, pour mes oreilles de musicien, le chaos régnait et, à plus d'une occasion, je me suis assis pendant la session et j'ai simplement attendu que les participants arrivent à une fin naturelle non synchronisée parce que nous étions toujours, et je dis bien toujours, désynchronisés les uns des autres.


Ironiquement, cela n'a pas entravé la positivité de l'expérience pour les participants. Les rires, les bavardages ou les dialogues qui se sont manifestés au cours de la session ont juxtaposé l'absence de beaux sons et ont rendu l'expérience positive malgré les obstacles.


Personnellement, je trouve toujours très déconcertant d'écouter les vidéos que nous avons postées, en raison de la mauvaise qualité du son. Je dois me rappeler de passer outre cet élément négatif et de remarquer la connexion qui a été créée, la réalisation de la rupture de l'isolement et de la solitude des participants. Après tout, c'était l'objectif et cela a fonctionné, mais à chaque fois, je me souviens de mes années de formation et de la façon dont on m'a martelé que les musicothérapeutes doivent toujours veiller à ce que la musique soit aussi parfaite que possible, à tout moment.


La musique créée peut être chaotique ou harmonique, tant qu'elle fait partie de l'expérience thérapeutique, elle est acceptable.

Dans ce cas, la mauvaise qualité de la production sonore était un participant indésirable qui entrait dans le groupe et ne le quittait plus. Le fait de ne pas avoir été en mesure de fournir une qualité sonore même médiocre lors de mes séances m'a mis au défi jusqu'au plus profond de mon âme professionnelle, mais il n'y avait rien, absolument rien que je puisse faire pour résoudre le problème. Il n'y avait et n'y a toujours pas d'argent pour améliorer le matériel, alors nous avons fait de notre mieux. Comme ma belle-fille le dit tout le temps, "c'est comme ça" et c'était la réalité de ce que c'était, et oui, c'est toujours le cas alors que nous sortons de cette 5ème vague et de la seconde fermeture. J'ai envie de retourner dans les sessions sur site et de recommencer à faire résonner mes instruments de "qualité".


Malgré les difficultés, les séances de musicothérapie virtuelle ont eu des effets positifs, notamment l'accès à l'expression personnelle et aux interactions sociales. J'ai vu des corps, des têtes et des jambes sur mon écran se balancer au son de la musique, avec des bras et des spatules qui se déplaçaient dans les airs au son de la signature temporelle qu'ils vivaient à leur extrémité et sur leur tablette.


Au cours de ces séances hebdomadaires de 60 minutes, le plaisir et l'amusement régnaient au sein de ma population. Ils n'étaient plus les oubliés et le COVID prenait une place en arrière-plan pendant une heure. C'était bien !

Je suis conscient que l'expérience virtuelle semble être une expérience largement négative pour moi et parfois pour mes groupes, mais la vérité est que je n'ai jamais cessé d'être étonné par leurs commentaires sur la façon dont ils ont aimé notre temps ensemble. Nous avons pu rire de certaines expériences sonores plutôt "hors du commun" et cela nous a permis de nous souvenir de beaucoup d'autres choses. La magie de l'improvisation m'a terriblement manqué, mais elle a été remplacée par des jeux musicaux de type "Question et réponse", "Nommez cet air" ou "Remplissez les blancs avec le bon mot".


Ce sont les activités que nous utilisons avec ma population de personnes âgées dans le cadre du processus thérapeutique, mais pas en tant qu'intervention principale, car elles limitent, voire bloquent, la possibilité de développer la perspicacité au cours de la session thérapeutique. Le fait de devoir abandonner l'improvisation clinique a confirmé ma conviction antérieure que, dans la profession de musicothérapeute, le processus doit se dérouler dans un contexte de face à face et non d'écran à écran. Au cours de nos discussions sur la résolution de problèmes, mes collègues musicothérapeutes et moi-même avons partagé le même consensus, à savoir que notre profession ne se transfère pas facilement aux interventions virtuelles, mais il ne fait aucun doute que les interventions virtuelles peuvent augmenter ou compléter le processus de musicothérapie par des moyens encore inexplorés, et nous sommes impatients de le faire.


Références:

  1. MacDonald, R.A., Wilson, G.B. Musical improvisation and health: a review. Psych Well-Being4, 20 (2014). https://doi.org/10.1186/s13612-014-0020-9

  2. Erkkilä J, Gold C, Fachner J, Ala-Ruona E, Punkanen M, Vanhala M. The effect of improvisational music therapy on the treatment of depression: protocol for a randomised controlled trial. BMC Psychiatry. 2008;8:50. Published 2008 Jun 28. doi:10.1186/1471-244X-8-50


Posts récents

Voir tout